Les catégories du Rapport EPE

Les 19 points de référence du Rapport EPE sont regroupés en cinq catégories :

  • Gouvernance : Quatre points de référence sur la surveillance des politiques. L’éducation de la petite enfance est-elle sous la supervision de plusieurs ministères ou est-elle régie par une direction cohérente axée sur des politiques incluant des objectifs, des échéanciers et une prestation des services fiable?
  • Financement : Trois points de référence étudient le bien-fondé du financement et de son influence sur l’appui en matière de qualité des programmes et d’accès équitable.
  • Accès : Trois points de référence évaluent le nombre d’enfants qui participent à un programme d’éducation de la petite enfance et s’assurent que les obstacles nuisant à la participation sont éliminés.
  • Environnement d’apprentissage : Six points de référence étudient si le programme d’enseignement, les normes en matière de programmes et le personnel qualifié et adéquat soutiennent la qualité des programmes.
  • Responsabilité : Trois points de référence évaluent si les provinces respectent leur engagement en matière de signalement, si elles possèdent des normes en matière de qualité des programmes ainsi que de la surveillance et de l’établissement de rapports concernant les résultats chez les enfants.

Trois points sont alloués à chaque section, pour un total de 15 points. Des points et des demi-points sont alloués afin d’accorder un plein coefficient à chaque catégorie.

Assigner des notes aux points de référence

Les points de référence ne représentent pas des objectifs souhaitables. Ils constituent plutôt des exigences de base que les provinces et les territoires devraient respecter afin d’établir et de maintenir une qualité et un accès raisonnables en matière de système d’éducation de la petite enfance. C’est pourquoi des demi-points n’ont pas été alloués. Une note était attribuée si les politiques étaient adoptées ou si la province avait lancé une initiative particulière l’engageant à offrir son système d’éducation à tous. Par exemple, le Nouveau-Brunswick a harmonisé son programme d’enseignement de la petite enfance et les maternelles en français et déploie des efforts pour faire de même avec les programmes offerts en anglais. Dans le même ordre d’idées, en Ontario, la maternelle pendant des journées complètes est uniquement offerte dans les écoles francophones et dans 20 % des écoles anglophones, mais le gouvernement s’est engagé à ce qu’elle soit offerte partout d’ici 2014. Par conséquent, une note a été attribuée pour les points de référence respectifs. Plusieurs provinces et territoires ont un nouveau dirigeant et ont élaboré des plans ambitieux pour leurs systèmes d’éducation de la petite enfance. Toutefois, si ces politiques demeuraient à l’étape de la discussion, aucune note n’était assignée. Une étude plus approfondie des programmes et des politiques provinciales et territoriales en matière d’éducation de la petite enfance peut être consultée sous l’onglet « Profils provinciaux et territoriaux ».

Chaque point de référence est expliqué dans le chapitre 5 de Le point sur la petite enfance 3. Le cas échéant, des résumés sont fournis en chiffres tout au long du chapitre et notés entre parenthèses avec la justification pour chaque point de référence.

la prochaine >